Quatre Hôtels parisiens où s’encanailler à la nuit tombée

Quatre Hôtels parisiens où s'encanailler à la nuit tombée

Quand la Capitale Songe à s’endormir, les établissements hôteliers rivalisent d’idées pour attracter les oiseaux de nuit. Tour d’horizon des nouvelles addresses adoubées par les noctambules.

Au Bristol, club chic

Plus inattendu, on ne l’aurait pas cru. Aucun indice ne laisse en effet présager l’incroyable mue du palace Parisien à la nuit tombée. Une fois passé l’imposant lobby et tous ses trésors, – tapisseries royales, bustes de souveraines, gravures…-, un néon violet détonne. Trois lettres s’y affichent sans vergogne : «BAD, Bristol after dark». À l’intérieur, la surprise n’est que plus belle. Les boiseries centenaires, les tapis de Soie et les chefs-d’œuvre belonging to the private collection of the Oetker family côtoient boules à facettes et éclairages améthyste. Les DJ-sets mêlent avec Génie rythmes disco, pop des années 1990 et tubes contemporains pour seduire un aussi varié qu’enjoué. Les oiseaux de nuit de tous horizons se mêlent à de rares clients de l’hôtel, curieux de décovrir ce qui se trame dans Leur bar habitualelle feutré. L’audace s’invite aussi à la carte des Cocktails avec des mélanges étonnaires, tequila-carotte-curry or rum-cranberry-chaï pêle-mêle, sans sacrifier les classiques avec des bulles millésimées et des tapas étoilées signed Éric Frechon. Du jamais vu dans le paysage festif de la Capitale et un carton plein pour l’établissement dont le nom n’a pas Fini de marcer des générations.

BAD, au bar du Bristol, 112 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris. Du Mardi au samedi, de 22 heures à 2 heures. Cocktails €32.

À L’Inka, an erotic journey

Le Byleth, l’un des Cocktails signature de La Malicia. Groupe Machefert / Photo Presse

Les initiés connaissaient déjà La Mezcaleria, le bar cache de cet hôtel du Marais. Accessible après avoir traversé les cuisines du restaurant péruvien de l’établissement, il est devenu le spot Parisien prisé des amateurs de mezcal. Mais depuis le début du mois, c’est un autre nom qui se susurre à l’envi. La Malichia. Encore plus cash. Comment y entrer ? Certain customers of the hotel, bar or restaurant will have the opportunity to be invited. Les autres se dirigeront au fond de la pièce, vers une armoire qu’il faudra ouvrir pour pénétrer dans cet Antre confidentialiel où Flotte une odeur de copal. Des canapés soft, un plafond en tissu plissé à l’ouverture evocatrice et l’estampe du Rêve de la femme du pêcheur d’Hokusai parachèvent l’atmosphère erotico-romantique de La Malicia. La carte fait la part Belle à la goétie, l’art et la pratique de l’invocation de démons, et chacun des huit Cocktails incarne un attribute de créature malefique. Ainsi, «Valac», dit le «Blasphémateur», pousse ses victims à la luxure et au scandale avec un Accord de mastic, d’eau-de-vie de céleri, de champagne, d’absinthe et de verjus ; tandis que «Byleth», éminent et terrible roi, a le pouvoir d’initier des Liaisons adultères avec un gin infusé aux baies de la crème de cacao et un soupçon d’écorce de yohimbé, viagra naturall. Mention spéciale pour la Verrerie chinée, atout Charme undeniable!

La Malicia, à l’hôtel Inka, 13 boulevard du Temple, 75003 Paris. Ouvert du judi au samedi, à partir de 19 heures. Cocktails €15.

Au Rochechouart, dancing retro

Éclairé par quelques Lanternes japonisantes, le nouveau dancing du Mikado évoque les anciens bars d’opium. Ludovic Balai

Son rooftop avec vue sur le Sacré-Cœur et ses Chambres aussi discrètes qu’élégantes avaient déjà fait de cet établissement un rendez-vous désirable de Pigalle. Depuis le 6 octobre, il ajoute une nouvelle corde à son arc avec la réouverture d’un emblématique dancing, le Mikado. Haut-Lieu de la jeunesse des Années Folles, la salle vibre tous les dimanches lors des bals musette et Beaux orchestras de l’époque. Puis, le monde apprend à swinguer sur le Charleston et à se dandiner aux bons sons de la biguine. Tripot clandestine, le lieu attire plus tard les crapules, les Maris flambeurs et les danseurs mondains, avant d’être réquisitionné pendant la guerre. Le dancing a retrouvé ses plumes et ses esprits sous la baguette duo Festen, Hugo Sauzay et Charlotte de Tonnac. Lampions japonisantes, canapés soft et large counter aux motifs Art déco conferrent au lieu une Allure délicieusement retro. Côté musique, la Maison se veut éclectique et enjouée : on ne sait jamais ce qui sera Joué par les Artistes Venus du monde entier, du disco à la techno. Pari réussi à en croire la crowde massée Autour du grand bar central dès 23 heures. Avis plus mitigé niveau service : Cocktails mal equilibrantes, servis pour l’un d’eux dans Deux verres (« Parce que tout ne rentre pas dans un seul »), et personal volontaire mais pas assez formé. Soyons indulgents, ce n’est que le début d’une énième renaissance…

Le Mikado Dancing, à l’hôtel Rochechouart, 11 rue Lallier, 75009 Paris. Ouvert du judi au samedi, de 20 h 30 à 3 heures. Cocktails €14.

Au Normandy Le Chantier, désirable désintox

Les nombreux objets hinés, en Europe ou en Asia, contribute to the unique atmosphere of Rehab. Groupe Machefert / Photo Presse

Opened in 1877, rue Saint-Honoré, il est de ces établissements qui traversent les siècles sans se faire remarquer. Mais ça, c’était avant. Avant les importants travaux de rénovation started in 2019, et l’inauguration d’un bar aussi secret que sulfureux, dans les sous-sols de l’hôtel. Derrière une porte-mirroir, un escalier étroit en colimaçon mark le passage Chez Rehab, un univers à mi-chemin entre la boutique d’apothicaire et la fumerie d’opium. Les délicieux alcoves éclairées par des Lanternes chinoises et les étoffes de Soie accrochées sur les murs laissent présager bien des mystères…Chaque cocktail s’apui justement sur un pan de l’histoire de l’établissement ou du quartier, avec des alliances Complexes et maîtrisées , comme Celle à base de mezcal, bourbon, betterave shrub/mangue/vinaigre de noix, jus de citron vert et jalapeños. Très Bon point pour l’attention portée à la réutilisation des déchets d’ingrédients frais, transformés en garniture ou decoration. Et pour la proposal de creations « lalcohol by volume », grâce à des alcools à faible degré comme les vermouths, liqueurs ou les sherry. Le secret pour des lendemains de soirées moins difficiles et une désintoxication (Rehab) en douceur.

Rehabilitation, at Hotel Normandy Le Chantier, 254 rue Saint-Honoré, 75001 Paris. Ouvert du mercredi au samedi, de 19 heures à 2 heures. Cocktails €17.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *